5 effets dramatiques du sucre sur notre cerveau

0
950
effets sucre sur le cerveau

Je pense que je ne vous apprends rien si je vous dis que le sucre raffiné est mauvais pour la santé et favorise la prise de poids.

Mais saviez-vous que trop de sucre provoque aussi des effets très négatifs sur notre cerveau.

Quel impact a le sucre raffiné sur le cerveau ? 

Votre corps fonctionne grâce au sucre, le glucose pour être précis. Le glucose alimente les cellules qui composent notre corps, y compris les cellules du cerveau (neurones).

Consommer du sucre active le système de récompense et secrète de la dopamine. Ce qui explique la sensation de plaisir que les sucres nous procurent.

Les aliments sucrés sont d’excellentes sources d’énergie, c’est pourquoi, nous nous dirigeons naturellement vers eux. 

Pour maximiser notre survie en tant qu’espèce, nous avons un système cérébral inné qui nous fait aimer les aliments sucrés puisqu’ils sont une excellente source d’énergie pour alimenter notre corps.

Lorsque nous mangeons des aliments sucrés, le système de récompense du cerveau, appelé le système de dopamine mésolimbique, s’active. La dopamine est une substance du cerveau libérée par les neurones et peut signaler qu’un événement a été positif. Lorsque le système de récompense se déclenche, il renforce les comportements, ce qui nous rend plus susceptibles de recommencer ces actions.

Notre environnement actuel regorge d’aliments sucrés et riches en énergie. Nous n’avons plus besoin de chercher ces aliments sucrés très longtemps, ils sont tout simplement disponibles partout.

Vous l’aurez compris, manger du sucre en excès est nocif pour votre santé, mais, que se passe-t-il vraiment dans notre cerveau lorsque nous consommons trop de sucre ?

Le sucre rend accro 

Manger et boire des aliments riches en sucre peut avoir un effet similaire à celui d’une drogue et entraîner une dépendance au sucre. Selon les recherches publiées dans le Journal of Clinical Nutrition and Metabolic Care, le sucre semble avoir des effets semblables à ceux des drogues.

Le cerveau veut du sucre, toujours plus de sucre

Indépendamment de notre besoin de nourriture pour alimenter notre corps, de nombreuses personnes éprouvent des envies de nourriture, en particulier lorsqu’elles sont stressées, affamées ou simplement confrontées à un étalage de gâteaux séduisant dans un café.

Pour résister aux fringales, nous devons inhiber notre réaction naturelle à ces aliments savoureux. Un réseau de neurones inhibiteurs est essentiel pour contrôler le comportement. Ces neurones sont concentrés dans le cortex préfrontal, une zone clé du cerveau qui participe à la prise de décision, au contrôle des impulsions et au retardement de la satisfaction.

Les neurones inhibiteurs sont comme les freins du cerveau et libèrent le GABA chimique. Des recherches menées sur des rats ont montré qu’une alimentation riche en sucre peut modifier les neurones inhibiteurs. Les rats nourris au sucre étaient également moins capables de contrôler leur comportement et de prendre des décisions.

Ce qui est important, c’est que cela montre que ce que nous mangeons peut influencer notre capacité à résister aux tentations et peut expliquer pourquoi les changements de régime alimentaire sont si difficiles pour les gens.

Une étude récente a demandé aux gens d’évaluer la quantité d’en-cas riches en calories qu’ils souhaitaient manger lorsqu’ils avaient faim par rapport à ce qu’ils avaient mangé récemment. Les personnes qui ont régulièrement suivi un régime riche en graisses et en sucres ont évalué leurs envies de grignoter à un niveau plus élevé, même lorsqu’elles n’avaient pas faim.

Cela suggère que le fait de manger régulièrement des aliments riches en sucre pourrait amplifier les fringales, créant ainsi un cercle vicieux de désirs de plus en plus nombreux.

Diminution des capacités cognitives 

Certaines données suggèrent qu’un régime alimentaire riche en sucre pourrait entraîner une altération des fonctions cognitives. Des études sur les animaux ont indiqué que les régimes alimentaires à forte teneur en sucre peuvent altérer les fonctions cérébrales normales.
La perturbation des fonctions cérébrales normales peut inclure une diminution des fonctions cognitives.

Coup de fatigue assuré 

Je suis sûr que, comme beaucoup de personnes, lorsque vous avez un coup de fatigue, vous vous dirigez spontanément vers un aliment sucré. À la recherche de l’effet « coup de fouet ».

Pourtant, le sucre aura l’effet inverse et fera baisser votre énergie et augmenter la tension.

Dans une petite étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology, un groupe de 18 personnes a été évalué sur leur niveau fatigue, d’énergie et leur tension après avoir mangé une barre chocolatée, puis un autre groupe a été marché d’un bon pas pendant dix minutes.

Le groupe qui a marché a rapporté des niveaux d’énergie plus élevés et des niveaux de tension plus faibles. 

Le groupe qui a mangé un en-cas sucré a signalé des niveaux de tension plus élevés que les marcheurs. Ils ont également constaté une augmentation de l’énergie après une heure de repas, mais deux heures plus tard, il a signalé une baisse d’énergie et une augmentation de la fatigue.

L’explication est simple, après avoir mangé un aliment sucré, le taux de sucre augmente très fortement dans le sang. Comme cela peut devenir dangereux, le pancréas panique et sécrète de l’insuline en excès. Cette réaction provoque ainsi un passage de l’hyperglycémie vers l’hypoglycémie.

Dépression 

Une trop grande quantité de sucre peut être un facteur de dépression. Dans une étude publiée dans le Journal of Depression and Anxiety, les données disponibles dans six pays ont été examinées afin de déterminer le lien entre la consommation de sucre et la dépression.

Les résultats de l’étude ont indiqué que des taux plus élevés de consommation de sucre étaient en corrélation avec des taux plus élevés de dépression. Une autre étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition a porté sur environ 70 000 femmes. L’étude a révélé que les femmes ayant un régime alimentaire riche en sucre ajouté présentaient un risque accru de dépression. 

L’étude a également indiqué qu’une consommation élevée de sucres naturels, y compris ceux contenus dans les fruits, n’était pas associée à des taux plus élevés de dépression.

Trouble de mémoire 

Les troubles de la mémoire peuvent se développer pour plusieurs raisons, dont diverses maladies et choix de mode de vie. Les chercheurs se penchent également sur le lien entre la mémoire et la nutrition. Les recherches publiées dans Behavioral Neuroscience indiquent qu’une consommation élevée de sucre aurait des effets négatifs sur la mémoire.

L’hippocampe, un centre de mémoire clé, est une autre zone du cerveau touchée par les régimes à haute teneur en sucre.

Des recherches montrent que les rats qui ont un régime alimentaire riche en sucre sont moins capables de se souvenir s’ils ont déjà vu des objets à des endroits spécifiques.

Comment protéger votre cerveau contre le sucre ?

L’Organisation mondiale de la santé conseille de limiter notre consommation de sucres ajoutés à 5% de notre apport calorique quotidien, qui est de 25 grammes (six cuillères à café).

Il est important de noter que les capacités de neuroplasticité du cerveau lui permettent de se recharger en sucre.

Petite astuce

La Stevia peut être une alternative au sucre. La plante de stévia contient du stévioside, un composant au pouvoir sucrant 200 fois supérieur à celui du sucre, et qui n’apporte aucune calorie.

Brochers Stévia
Alpha Power Stévia liquide

Source : Clinical Nutrition ; Health & Wellness center ; the conversation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici