C’est officiel, nous avons dépassé le seuil de réchauffement de 1,1°C

1
301
réchauffement climatique

L’Organisation météorologique mondiale a publié aujourd’hui un bulletin climatique définitif montrant que les concentrations de gaz à effet de serre continuent d’augmenter et que les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

La déclaration sur l’état du climat mondial a également confirmé que la sécheresse en cours et les récents feux en Australie ont constitué un événement climatique d’importance mondiale.

Le rapport est un aperçu annuel complet des dernières informations fournies par les services météorologiques mondiaux et d’autres institutions clés.

Il s’agit d’un rapport important sur l’ampleur et la vitesse des changements climatiques mondiaux, qui s’appuie sur les données les plus récentes dans tous les domaines de la science du climat.

2019, une année record !

En 2019, les températures moyennes mondiales étaient supérieures de 1,1°C.

Les cinq dernières années ont été les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde. Les régions particulièrement chaudes, avec des températures en 2019 supérieures de plus de 2 degrés Celsius à la moyenne, comprenaient des parties de l’Australie, de l’Alaska et du nord de la Russie, de l’Europe de l’Est et de l’Afrique australe.

Le changement climatique provoqué par l’homme est principalement dû à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Les concentrations de dioxyde de carbone, de méthane et d’oxyde nitreux, les trois gaz à effet de serre les plus puissants, ont continué à augmenter considérablement.

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles ont atteint un niveau record de 36,6 milliards de tonnes, dont environ la moitié est absorbée par la végétation et les océans.

Le trou d’ozone de l’Antarctique a été le plus petit depuis 2002, après une rupture exceptionnellement précoce au printemps du vortex polaire antarctique suite à un réchauffement soudain de la stratosphère polaire.

De nombreux autres indicateurs du changement climatique à grande échelle ont poursuivi leurs tendances à long terme en 2019. Parmi ceux-ci figure le contenu thermique de l’océan mondial, un indicateur important car environ 90 % du réchauffement généré par les gaz à effet de serre provenant des activités humaines est pris par les océans.

En 2019, la teneur en chaleur des océans a atteint les niveaux les plus élevés depuis le début des relevés instrumentaux. Le niveau moyen mondial de la mer a également atteint de nouveaux sommets en 2019, tandis que l’étendue des glaces de mer de l’Arctique et de l’Antarctique était bien inférieure à la moyenne.

La masse glaciaire a diminué pour la 32e année consécutive. En Suisse, par exemple, la perte de glaciers au cours des cinq dernières années a dépassé 10 %, le taux de diminution le plus élevé depuis plus d’un siècle.

Les incendies et la sécheresse en Australie

Le rapport confirme que la sécheresse qui sévit actuellement en Australie et les conditions météorologiques exceptionnelles dues à des incendies en fin d’année ont été parmi les événements climatiques mondiaux les plus importants de l’année dernière.

L’année 2019 a été l’année la plus chaude et la plus sèche de l’Australie depuis le début des records nationaux, c’est la première fois que les deux records ont été battus la même année.

En janvier et février 2019, un été sec en Tasmanie a contribué à des incendies dans les parties normalement humides de l’ouest et du centre de l’île, la deuxième fois en quatre ans que des incendies ont brûlé des régions où, historiquement, de tels événements étaient extrêmement rares.

La sécheresse a été fortement influencée par une très forte phase positive du dipôle de l’océan Indien, une oscillation des températures de surface de la mer qui affecte le climat en Australie

L’Australie n’a pas été la seule nation touchée par la sécheresse en 2019. L’Afrique australe, l’Asie du sud-est et le centre du Chili ont également été touchés de manière significative. Dans la capitale chilienne, Santiago, les précipitations ont été inférieures de plus de 70 % à la moyenne.

Canicules et cyclones

Deux vagues de chaleur exceptionnelles ont touché l’Europe en été. La France, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont tous enregistré leurs températures les plus élevées. La Belgique et les Pays-Bas ont tous deux atteint 40°C pour la première fois, et Paris a atteint un maximum de 42,6°C.

L’Australie a connu des vagues de chaleur extrêmes au début et à la fin de l’année, et en Amérique du Sud, les températures ont dépassé les 30°C.

Les cyclones tropicaux sont parmi les phénomènes météorologiques les plus destructeurs depuis 5 ans, et 2019 n’a pas fait exception. Les impacts les plus graves ont été enregistrés au Mozambique et au Zimbabwe, lorsque le cyclone Idai a frappé à la mi-mars, faisant plus de 900 victimes.

L’ouragan Dorian, l’un des plus puissants jamais enregistrés dans l’Atlantique Nord, a causé des destructions massives aux Bahamas, tandis que le typhon Hagibis a entraîné des inondations exceptionnelles au Japon et des précipitations quotidiennes de plus de 900 millimètres. Le nord de l’océan Indien a également connu sa saison cyclonique la plus active jamais enregistrée.

Regard vers l’avenir

Les projections climatiques mondiales montrent que, selon tous les scénarios, les températures continueront d’augmenter et deviendront la norme au cours de cette décennie.

Ce rapport vise à éclairer les décisions prises dans le monde entier en matière d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici