Faire plus de place à la nature dans les villes pourrait sauver des vies

0
406

Lorsque vous vivez en ville, les espaces verts peuvent faire une énorme différence non seulement pour votre santé mentale, mais aussi pour votre santé physique. En fait, une nouvelle étude suggère qu’un meilleur accès à la nature pourrait même prévenir les décès prématurés.

Faire plus de place à la nature dans les villes pourrait littéralement sauver des vies, selon une nouvelle étude.

Lorsque vous vivez en ville, les espaces verts peuvent faire une énorme différence non seulement pour votre santé mentale, mais aussi pour votre santé physique. En fait, une nouvelle étude suggère qu’un meilleur accès à la nature pourrait même prévenir les décès prématurés.

Dans la ville américaine de Philadelphie, de nouvelles recherches ont montré que planter plus d’arbres pourrait en fait sauver des centaines de vies chaque année, en particulier dans les zones les plus pauvres.

En assurant une canopée d’arbres de 30 % dans chaque quartier, les auteurs de l’étude estiment que 403 décès prématurés pourraient être évités chaque année, et que plus de la moitié de ces vies seraient sauvées dans des endroits au statut socio-économique inférieur.

Au total, cela représente environ 3 % de la mortalité annuelle de la ville qui pourrait être évitée simplement en faisant plus de place à la nature. 

« Alors que nous avons longtemps suspecté que les arbres nous aidaient à vivre plus longtemps et en meilleure santé, nous n’avons pas … jusqu’à présent investi dans la science pour quantifier cela », a déclaré à Inverse le co-auteur Michelle Kondo, une spécialiste des sciences sociales au Service forestier des États-Unis.

L’étude est basée sur une récente méta-analyse de l’Organisation mondiale de la santé, impliquant plus de 8 millions de personnes, qui a révélé que les espaces verts résidentiels peuvent protéger contre la mortalité prématurée de toutes causes. Ce bénéfice existe toujours même si l’on tient compte des avantages pour la santé d’une réduction de la pollution atmosphérique associée à un plus grand nombre d’espaces verts.

Pour être précis, une réduction de 4 % de la mortalité prématurée a été constatée pour une certaine quantité de végétation à moins de 500 mètres d’une résidence.

En prenant ces données internationales et en les appliquant à une scène locale pour la première fois, Kondo et ses collègues ont évalué ce que seraient la mortalité et les impacts économiques si Philadelphie parvenait à atteindre son objectif de 30 % de couverture forestière.

Si la ville peut d’une manière ou d’une autre verdir dans les prochaines années, en enlevant le béton et les autres surfaces sur lesquelles les plantes ne poussent pas, cela pourrait avoir un impact énorme.

Même si la ville n’atteint pas son objectif de 30 % d’ici 2025, et qu’elle n’augmente la couverture forestière que de 5 % dans les zones actuellement dépourvues d’arbres, cela pourrait quand même entraîner 302 décès de moins par an dans toute la ville.

L’évaluation de ces vies en termes économiques est une entreprise chancelante, mais en utilisant un modèle commun, les auteurs ont constaté que cela se traduit par une économie de près de 3 milliards de dollars.

Si l’on ajoute à cela 5 % de couverture arboricole supplémentaire, la ville économiserait environ 700 millions de dollars de plus.

« Bien que chaque ville ait ses propres caractéristiques, cette étude fournit un exemple pour toutes les villes du monde : de nombreuses vies peuvent être sauvées en augmentant le nombre d’arbres et en verdissant les environnements urbains, même à des niveaux modestes », conclut Mark Nieuwenhuijsen, directeur de l’initiative Urbanisme, environnement et santé chez ISGlobal.

« De plus », ajoute-t-il, « les espaces verts augmentent la biodiversité et réduisent l’impact du changement climatique, rendant nos villes plus durables et plus vivables ».

L’étude est une vue d’ensemble de l’impact des espaces verts sur la mortalité, basée sur des données provenant de plus de 7 millions de personnes, mais comme elle n’examine pas les causes individuelles des décès prématurés, on ne sait pas très bien comment les arbres sauvent réellement des vies sur le terrain. 

Néanmoins, les auteurs ont quelques idées. Ils suggèrent qu’un espace plus vert pourrait contribuer à une plus grande cohésion sociale, à moins de stress, à plus d’activité physique et à la réduction de la chaleur, le tout menant à une vie plus heureuse et plus saine.

Les quartiers riches ont tendance à avoir plus d’espace, d’arbres et de végétation, il n’est donc pas surprenant que l’augmentation de la couverture forestière ait eu les plus grands bénéfices pour la santé parmi les zones de statut socio-économique inférieur.

« Les programmes de foresterie urbaine parviennent rarement à une répartition équitable des arbres dans une ville », écrivent les auteurs.

Et bien que le programme d’arbres résidentiels de Philadelphie soit plus équitable que celui d’autres villes, les chercheurs reconnaissent que ces interventions peuvent souvent s’accompagner de véritables craintes légitimes d’embourgeoisement.

« Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour évaluer si les arbres contribuent au déplacement, la plantation d’arbres dans les quartiers pauvres pourrait devoir être associée à des programmes et des politiques supplémentaires pour maintenir la diversité économique des quartiers, par exemple en préservant les logements abordables et en aidant les locataires qui risquent d’être déplacés », écrivent-ils. 

Lorsqu’ils sont bien faits, les auteurs soutiennent que les programmes d’écologisation urbaine peuvent améliorer la santé publique, réduire les inégalités et promouvoir la justice environnementale d’un seul coup. 

L’étude a été publiée dans The Lancet Planetary Health.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici