La moitié des plages du monde pourrait disparaître d’ici 2100

0
230
Plages disparaissent

Le changement climatique et l’élévation du niveau de la mer sont actuellement en passe de faire disparaître la moitié des plages de sable du monde d’ici 2100, ont averti les scientifiques.

Même si l’humanité réduit fortement la pollution par les combustibles fossiles qui est à l’origine du réchauffement climatique, plus d’un tiers les côtes de la planète pourraient disparaître d’ici là, paralysant le tourisme, ont rapporté la revue Nature Climate Change.

« En dehors du tourisme, les plages de sable constituent souvent la première ligne de défense contre les tempêtes côtières et les inondations, et sans elles, les impacts des événements météorologiques extrêmes seront probablement plus importants », a déclaré à l’AFP l’auteur principal Michalis Vousdoukas, chercheur au Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Certains pays, comme les Etats-Unis, planifient déjà des systèmes de défense de grande envergure, mais dans la plupart des pays, des projets d’ingénierie aussi massifs seront irréalisables, inabordables, ou les deux.

L’Australie pourrait être la plus touchée, selon les conclusions, avec près de 15 000 kilomètres de côtes de sable blanc emportées au cours des 80 prochaines années, suivie du Canada, du Chili et des États-Unis.

Les dix pays qui risquent de perdre le plus de littoral sablonneux sont également le Mexique, la Chine, la Russie, l’Argentine, l’Inde et le Brésil.

Les plages de sable occupent plus d’un tiers du littoral mondial, souvent dans des zones très peuplées.

Que disent les prédictions des chercheurs ?

Pour évaluer la rapidité et l’ampleur de la disparition des plages, Vousdoukas et ses collègues ont tracé des lignes de tendance sur trois décennies d’images satellites remontant à 1984.

À partir de là, ils ont projeté l’érosion future selon deux scénarios de changement climatique.

Le « pire » scénario suppose que les émissions de carbone se poursuivront sans relâche, ou que la Terre elle-même commencera à augmenter les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre.

Une avancée décisive

Un scénario moins sombre, verrait l’humanité plafonner le réchauffement climatique à environ trois degrés Celsius, ce qui reste bien supérieur à la limite.

Dans cette deuxième hypothèse, le monde perdra 49,5 % de ses plages de sable d’ici 2100, soit près de 132 000 kilomètres de côtes.

Selon les prévisions de plus en plus probables, 95 000 kilomètres de côtes seraient encore dépourvues de sable d’ici 2100, la plupart d’entre elles dans les 30 prochaines années.

A propos des fontes de glace ? 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a prévu dans un rapport important en septembre dernier une élévation du niveau de la mer d’un demi-mètre d’ici 2100 selon le scénario le plus optimiste.

Toutefois, de nombreux climatologues estiment que ces estimations sont trop prudentes et ont prédit que le niveau des océans augmenterait deux fois plus.

« Le lien établi par l’étude entre la dégradation des côtes mondiales et la combustion (de combustibles fossiles) constitue une avancée historique », a déclaré Jeffrey Kargel, scientifique principal à l’Institut de recherche planétaire de Tucson, en Arizona.

Dans les régions asiatiques du delta qui abritent des centaines de millions de personnes, les sédiments provenant de la fonte des glaciers de l’Himalaya qui pourraient reconstituer les dépôts de sable sont piégés dans des réservoirs en aval.

« Entre un quart et la moitié des plages de sable du Royaume-Uni vont reculer de plus de 100 mètres au cours du prochain siècle, selon la vitesse à laquelle les couches glaciaires polaires vont fondre », a-t-il déclaré.

Malheureusement, les fontes de glace de l’Antarctique et du Groenland suivent toutes deux les pires scénarios de réchauffement climatique.

Source : ScienceAlert

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici