Les scientifiques découvrent que le pôle Sud se réchauffe 3x plus vite que le reste de la planète

0
283
pôle sud

Le pôle Sud s’est réchauffé trois fois plus vite que le reste de la planète au cours des 30 dernières années en raison du réchauffement des températures des océans tropicaux, a montré une nouvelle étude lundi.

Des chercheurs de Nouvelle-Zélande, de Grande-Bretagne et des États-Unis ont analysé 60 ans de données de stations météorologiques et ont utilisé la modélisation informatique pour montrer les causes de ce réchauffement accéléré.

Ils ont découvert que les températures plus chaudes de l’océan dans le Pacifique occidental avaient, au cours des décennies, fait baisser la pression atmosphérique au-dessus de la mer de Weddell dans l’Atlantique sud.

Cela a eu pour effet d’augmenter le flux d’air chaud directement au-dessus du pôle Sud, le réchauffant de plus de 1,83°C depuis 1989.

Les auteurs de la recherche ont déclaré que la tendance naturelle au réchauffement était probablement favorisée par les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine et pourrait masquer l’effet de réchauffement de la pollution au carbone au-dessus du pôle Sud.

« Alors que l’on savait que les températures se réchauffaient dans l’Antarctique occidental et la péninsule Antarctique au cours du XXe siècle, le pôle Sud se refroidissait », a déclaré Kyle Clem, chercheur à l’université Victoria de Wellington et auteur principal de l’étude.

« On soupçonnait que cette partie de l’Antarctique pourrait être immunisée/isolée contre le réchauffement. Nous avons découvert que ce n’est plus le cas », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les données ont montré que le pôle Sud, l’endroit le plus éloigné de la Terre, se réchauffait maintenant à un rythme d’environ 0,6C par décennie, contre environ 0,2C pour le reste de la planète.

La température de l’Antarctique varie considérablement selon la saison et la région, et pendant des années, on a cru que le pôle Sud était resté frais alors même que le continent se réchauffait.

Les auteurs de l’étude, publiée dans la revue Nature Climate Change, ont attribué ce changement à un phénomène connu sous le nom d’Oscillation Pacifique Interdécennale (IPO).

Le cycle de l’IPO dure environ 15 à 30 ans, et alterne entre un état « positif », dans lequel le Pacifique tropical est plus chaud et le Pacifique Nord plus froid que la moyenne, et un état « négatif » où l’anomalie de température est inversée.

L’IPO est passée à un cycle négatif au début du siècle, entraînant une plus grande convection et davantage d’extrêmes de pression aux hautes latitudes, ce qui a conduit à un fort flux d’air plus chaud juste au-dessus du pôle Sud.

Clem a déclaré que le niveau de réchauffement de 1,83°C dépassait 99,99 % de toutes les tendances de réchauffement modélisées sur 30 ans.

« Bien que le réchauffement soit juste dans les limites de la variabilité naturelle des modèles climatiques, il est très probable que l’activité humaine y ait contribué », a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici