Les scientifiques ont déterminé la quantité d’exercice nécessaire pour « compenser » une journée assise

0
603

Nous savons que passer des heures à assis sur sa chaise de bureau ou son canapé n’est pas bon pour notre santé, mais quelle est la quantité d’exercice nécessaire pour contrecarrer l’impact négatif d’une journée passée à un bureau ? Une nouvelle étude suggère qu’environ 30 à 40 minutes par jour d’exercice devraient suffire.

Jusqu’à 40 minutes d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse chaque jour est à peu près la bonne quantité pour équilibrer 10 heures d’immobilité en position assise, selon la recherche.

Cette étude est basée sur une méta-analyse portant sur neuf études précédentes, impliquant un total de 44 370 personnes dans quatre pays différents qui portaient une forme de suivi de la condition physique.

L’analyse a révélé que le risque de décès chez les personnes ayant un mode de vie plus sédentaire augmentait à mesure que le temps passé à pratiquer une activité physique d’intensité modérée à vigoureuse diminuait.

« Chez les personnes actives pratiquant environ 30 à 40 minutes d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse, l’association entre un temps de sédentarité élevé et le risque de décès n’est pas significativement différente de celle observée chez les personnes ayant un temps de sédentarité faible », écrivent les chercheurs dans leur article publié.

En d’autres termes, la pratique d’activités raisonnablement intensives comme le vélo, la marche rapide, le jardinage, peut réduire le risque de décès, à tel point que ce lien peut être constaté dans les données recueillies auprès de plusieurs milliers de personnes.

Alors que les méta-analyses comme celle-ci nécessitent toujours un assemblage complexe de points entre des études séparées avec des volontaires, des délais et des conditions différents, l’avantage de cette recherche particulière est qu’elle s’appuie sur des données relativement objectives provenant de vêtements, et non sur des données déclarées par les participants.

L’étude est menée parallèlement à la publication des lignes directrices mondiales 2020 de l’Organisation mondiale de la santé sur l’activité physique et le comportement sédentaire, élaborées par 40 scientifiques sur six continents. Le British Journal of Sports Medicine (BHSM) a publié une édition spéciale pour présenter la nouvelle étude et les nouvelles directives.

« Ces lignes directrices sont très opportunes, étant donné que nous sommes en pleine pandémie mondiale, qui a confiné les gens à l’intérieur pendant de longues périodes et a encouragé une augmentation du comportement sédentaire », déclare Emmanuel Stamatakis, chercheur en activité physique et santé des populations à l’université de Sydney en Australie.

« Les gens peuvent encore protéger leur santé et compenser les effets néfastes de l’inactivité physique », affirme Stamatakis, qui n’a pas participé à la méta-analyse mais qui est le co-rédacteur en chef du BJSM. « Comme le soulignent ces lignes directrices, toute activité physique compte et toute quantité d’activité physique est préférable à l’absence d’activité ».

La recherche basée sur les appareils de suivi de la condition physique est largement conforme aux nouvelles directives de l’OMS, qui recommandent 150-300 minutes d’activité physique d’intensité modérée ou 75-150 minutes d’activité physique d’intensité vigoureuse chaque semaine pour contrer le comportement sédentaire.

Monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur, jouer avec les enfants et les animaux domestiques, faire du yoga ou de la danse, effectuer des tâches ménagères, marcher et faire du vélo sont autant de moyens proposés aux gens pour être plus actifs. Et, si vous ne pouvez pas gérer ces 30 à 40 minutes immédiatement, disent les chercheurs, commencez progressivement.

Il est difficile de faire des recommandations pour tous les âges et tous les types de corps, bien que le délai de 40 minutes pour l’activité s’inscrive dans le cadre de recherches antérieures. À mesure que de nouvelles données seront publiées, nous devrions en apprendre davantage sur la manière de rester en bonne santé, même si nous devons passer de longues périodes derrière notre bureau.

Les recherches ont été publiées dans le British Journal of Sports Medicine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici