Médecins de la peste : Séparer les mythes des faits médicaux

0
412

Vous les avez déjà vus : des figures mystérieuses, vêtues de la tête aux pieds de cuir huilé, portant des lunettes de protection et des masques à bec. Le costume de médecin de la peste ressemble à un croisement entre un corbeau de steampunk et la Faucheuse, et en est venu à représenter à la fois les terreurs de la peste noire et l’étrangeté de la médecine médiévale. 

Cependant, le costume de masque à bec est apparu bien plus tard que le Moyen Âge, environ trois siècles après que la peste noire ait frappé pour la première fois dans les années 1340. Quelques médecins des 17e et 18e siècles ont peut-être porté ce costume, dont le masque à bec emblématique, mais la plupart des médecins médiévaux et des premiers médecins modernes qui étudiaient et traitaient les patients atteints de la peste ne le faisaient pas. 

Pourquoi les médecins spécialisés dans le traitement de la peste portaient-ils des masques à bec ?

Selon le livre de Michel Tibayrenc « Encyclopédie des maladies infectieuses » (John Wiley & Sons, 2007), la première mention du célèbre costume de médecin de la peste se trouve dans un ouvrage du milieu du 17e siècle écrit par Charles de Lorme, un médecin royal au service du roi Louis XIII de France. De Lorme a écrit que lors d’une épidémie de peste à Paris en 1619, il a mis au point un costume entièrement fait de cuir de chèvre marocain, comprenant des bottes, une culotte, un long manteau, un chapeau et des gants. Le port de cet équipement de protection suggère que les médecins étaient de plus en plus soucieux d’attraper la peste directement de leurs patients, plutôt que de l’air lui-même.

La principale caractéristique de la tenue était un masque moulant, avec des oculaires en cristal. Celui-ci se prolongeait par un long bec, d’environ 15 centimètres de long, rempli de parfum ou d’herbes aromatiques. Le bec était l’élément le plus emblématique de la tenue, et on pensait qu’il était essentiel pour le médecin afin d’éviter l’inhalation de « miasmes pestilentiels », ou de l’air chargé de maladies provenant directement du patient.

Après la description écrite du costume de De Lorme, notre meilleure preuve visuelle nous vient de l’année 1656, quand une peste particulièrement dévastatrice a tué des centaines de milliers de personnes à Rome et à Naples. Le graveur allemand Gerhart Altzenbach a publié une image populaire d’un médecin de la peste en costume complet, avec un texte décrivant comment le costume protégeait son porteur contre la mort. 

Une image encore plus emblématique d’un médecin de la peste est la gravure satirique de 1656 de Paulus Fürst intitulée « Doctor Schnabel von Rom », ou « Docteur Beaky de Rome ». Copiée de l’illustration d’Altzenbach, Fürst décrit alternativement comment le médecin ne fait rien d’autre que de terrifier les gens et de prendre l’argent des morts et des mourants.

Fürst a également ajouté quelques éléments supplémentaires à la tenue du médecin de la peste, qui apparaissent dans des versions qui existent encore aujourd’hui, comme les gants en forme de griffes et le bâton d’arrêt surmonté d’un sablier à ailes de chauve-souris. Ces éléments sont satiriques et ne constituent pas une réalité historique, mais ils ont néanmoins façonné une grande partie de l’image stéréotypée du médecin de la peste aujourd’hui.

Les gravures d’Altzenbach et de Fürst ont peut-être aussi inspiré l’inclusion du médecin de la peste, ou « Medico della Peste » en italien, comme personnage standard dans les théâtres depuis le 17e siècle.

Le costume de médecin de la peste, et surtout le masque à bec, est devenu l’un des costumes les plus populaires du « Carnevale », ou Carnaval de Venise en Italie. En fait, certains historiens ont fait valoir que le médecin de la peste à bec n’était rien d’autre qu’un personnage fictif et comique au début, et que la version théâtrale a inspiré les véritables médecins à utiliser le costume lors des épidémies de 1656 et 1720. 

En l’absence de rapports écrits et d’images de cette période, qui peuvent nous aider à comprendre dans quelles circonstances la tenue a été utilisée, il est impossible de dire laquelle est arrivée en premier : la tenue de protection du médecin contre la peste ou le costume de carnaval.

Qui étaient les médecins de la peste ?

Les médecins de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes ne sont pas représentés par une seule tenue. Les idées sur la cause et la propagation de la peste ont changé au cours des siècles, tout comme les vêtements portés par les médecins de la peste et les méthodes qu’ils utilisaient pour traiter la maladie. La prévention et le traitement de la peste ont été confiés à des médecins, chirurgiens, barbiers, apothicaires, sages-femmes, herboristes et prêtres formés à l’université. 

Ces médecins travaillaient bien avant la théorie des germes et les antibiotiques et étaient incapables de guérir la peste. Cependant, ils méritent plus de crédit qu’ils n’en reçoivent habituellement, car ils ont reconnu la propagation et les symptômes de la peste et ont donné de l’espoir aux gens dans une époque de crise médicale constante. 

Selon le livre de Susan L. Einbinder « After the Black Death » (University of Pennsylvania Press, 2018), de nombreux médecins spécialistes de la peste ont écrit de courts ouvrages, connus sous le nom de traités sur la peste, pour conseiller leurs pairs et le public lettré sur la prévention de la peste. Le médecin espagnol Jacme d’Agramont a publié l’un des premiers traités en avril 1348. Selon Einbinder, un autre des premiers médecins de la peste, le professeur Gentile da Foligno de Bologne, en Italie, est mort de la peste en 1348, après avoir écrit plusieurs recueils de cas sur le sujet. 

Après l’apparition de la peste noire, les médecins et les scientifiques ont immédiatement essayé d’intégrer la maladie dans leur compréhension actuelle de la médecine. En Europe et au Moyen-Orient, il s’agissait de définir la peste en fonction de la théorie des quatre humeurs corporelles (sang, flegme, bile jaune, bile noire), élaborée pour la première fois par les médecins de l’Antiquité, Hippocrate et Galien, et expliquée plus en détail par les médecins arabes et latins au Moyen-Âge.

S’appuyant sur des théories médicales anciennes et médiévales, les médecins de la peste ont affirmé que la peste noire était une fièvre pestilentielle qui corrompait les humeurs, provoquant d’horribles bulles de peste, ou des ganglions lymphatiques gonflés de sang et de pus. Les médecins de la peste ont reconnu que les bulles avaient tendance à se former dans l’aine, les aisselles et le cou, et les ont considérées comme la preuve que le corps expulsait les humeurs des organes principaux les plus proches : le foie, le cœur et le cerveau, respectivement. 

Selon ces médecins, la peste pouvait être évitée en renforçant les humeurs ou en les maintenant en équilibre grâce à un plan ou un régime médical détaillé, comprenant des changements de régime alimentaire, la prise de médicaments qui provoquent des vomissements et des mictions « bénéfiques » et des saignées prophylactiques. Toutes ces procédures avaient pour but d’expulser les humeurs corrompues du corps et d’empêcher la bile noire, connue sous le nom de mélancolie, de dominer le corps. Cette bile était considérée à l’époque comme la plus dangereuse des humeurs. 

L’une des théories les plus populaires a été longuement décrite par la faculté de médecine de l’Université de Paris. En 1348, le roi de France a demandé l’avis des professeurs à l’approche de la capitale royale, alors que la peste approchait. Les professeurs combinèrent la médecine et l’astrologie, qui était généralement considérée comme une science sérieuse à l’époque, pour expliquer la cause et la propagation de la peste. 

L’air de la Terre, disaient-ils, était surchauffé et corrompu par une conjonction de 1345 des planètes Mars, Saturne et Jupiter (toutes considérées comme chaudes, violentes ou corrompues dans leur influence astrologique) dans le signe du zodiaque du Verseau (un signe humide). Cet air anormalement chaud et humide soufflait à travers l’Asie vers l’Europe, provoquant la peste partout où il passait. Lorsque les médecins médiévaux faisaient référence à une peste, ils ne parlaient souvent pas de la maladie elle-même, mais de l’air empoisonné qui engendrait la maladie dans le corps humain. 

Pour protéger les gens de l’air pestilentiel, les médecins ont encouragé le port ou la détention de substances douces ou amères, telles que les violettes, l’absinthe, le vinaigre ou (si vous étiez riche) un morceau d’ambre gris, qui était une sécrétion fortement parfumée de la paroi intestinale du cachalot. Les médecins ont également suggéré de brûler de l’encens ou des bois à l’odeur amère pour purifier et assainir l’air.

Bien que le costume du masque à bec soit devenu depuis un symbole théâtral et macabre d’une époque primitive de l’histoire de la médecine, il représente en vérité la façon dont, pendant des siècles, les médecins, les scientifiques et les responsables de la santé ont pensé à la propagation et à la prévention de la peste. Le costume représente l’évolution des idées sur les causes et la transmission des maladies, sur la relation entre médecins et patients, et sur le rôle de l’État dans la protection de la santé publique.

Source : Live science

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici