Overdose de caféine : un cas terrifiant

0
206
l'overdose de cafeine est mortelle

La caféine est le stimulant psychoactif le plus consommé au monde, sans parler du seul qui ne soit vraiment réglementé nulle part, du moins dans des produits comme le café, le thé et les boissons gazeuses/énergétiques.

Mais si la plupart d’entre nous ingèrent de la caféine en doses sûres et modérées, la vérité est que sous sa forme pure ou concentrée en poudre, la caféine est une substance extrêmement puissante qui peut être dangereuse si vous en prenez trop.

La FDA ( Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) avertit qu’une seule cuillère à café de caféine en poudre équivaut à environ 28 tasses de café, ce qui contribue à expliquer pourquoi la vente de suppléments de caféine en poudre en vrac a été interdite.

Ces interdictions font suite à de multiples décès liés à des surdoses de caféine ces dernières années, ce qui a suscité des inquiétudes croissantes quant à la disponibilité de la caféine en poudre.

Une nouvelle étude de cas au Royaume-Uni sert de rappel alarmant sur les raisons qui justifient ces inquiétudes et ces interdictions, en montrant ce qui peut se produire lorsque des personnes avalent des quantités massives de caféine en poudre.

Le rapport, dirigé par Rebecca Harsten, médecin de l’hôpital Queen Elizabeth de Londres, décrit l’expérience d’une patiente de 26 ans qui s’est présentée aux urgences environ trois heures après avoir ingéré deux cuillères à café de caféine en poudre (environ 20 grammes).

Selon la FDA, cela correspond à une dose de 50 à 60 tasses de café à la fois, et comme le rapportent Harsten et ses co-auteurs, c’est plus que suffisant pour tuer une personne.

« Les ingestions de caféine supérieures à 1-2 g provoquent des effets toxiques importants », écrivent les chercheurs dans leur article. « Des surdoses mortelles de caféine sont survenues suite à des ingestions de >5 g ou à des concentrations de caféine dans le sang >80 mg/L. »

Dans cet épisode, la patiente a eu une chance incroyable de survivre à l’incident, étant donné que les médecins ont enregistré une concentration très élevée et mortelle lors de leur première mesure de la caféine dans son sang, qui a montré des niveaux de caféine atteignant 147,1 mg/L sept heures après le début de son épreuve.

C’était également après le début du traitement, comme le note l’équipe, ce qui suggère que les concentrations maximales de caféine auraient probablement été encore plus élevées avant ce moment.

Quelques heures plus tôt, lorsque la femme est arrivée aux urgences, elle avait des palpitations, des sueurs, de l’anxiété et des difficultés à respirer. Les médecins ont constaté qu’elle avait un rythme cardiaque anormalement rapide et une pression sanguine basse, et qu’elle souffrait à la fois d’hyperventilation et de vomissements.

Un ECG a révélé qu’elle souffrait d’une forme de rythme cardiaque anormal appelée tachycardie ventriculaire polymorphe, et les tests ont montré une accumulation d’acide dans son corps, appelée acidose métabolique, ainsi qu’une alcalose respiratoire (un déséquilibre du dioxyde de carbone et de l’oxygène dans le sang) et un nombre élevé de globules blancs.

La patiente a reçu un traitement de remplacement des liquides et des électrolytes, mais comme son état ne s’est pas amélioré, elle a été transférée aux soins intensifs, mise sous sédatif, soumise à une hémodialyse et placée sous respirateur.

Elle a également reçu un traitement intraveineux au bicarbonate pour corriger son état acido-basique, un médicament au sulfate de magnésium pour contrôler son arythmie et du charbon actif pour aider à éliminer les toxines de ses reins. Une hormone appelée norépinéphrine (alias noradrénaline) lui a également été administrée pour combattre l’effet de la caféine sur la tension artérielle.

Une émulsion grasse appelée intralipide a été administrée, et non pour son usage habituel comme source d’énergie et de nutriments. Ces dernières années, cette substance a été utilisée pour aider à éliminer de l’organisme les matières liposolubles potentiellement toxiques.

Le fait que les médecins aient eu autant d’effets à traiter témoigne de la toxicité potentielle de la caféine. À des concentrations suffisamment élevées, la caféine peut perturber un large éventail de processus métaboliques dans tout le corps.

Heureusement pour la femme, cette combinaison de remèdes a fonctionné. Au bout de deux jours, elle a été extubée, a cessé sa dialyse, mais est restée en observation aux soins intensifs pendant une autre semaine. Un mois après sa sortie, ses médecins disent qu’elle se portait bien, qu’elle recevait le soutien de sa famille et qu’elle s’engageait dans des soins psychiatriques.

Les chercheurs notent que, bien qu’il n’existe pas de directives officielles sur la gestion des surdoses de caféine, qui est en fin de compte un scénario rare, ce cas et d’autres comme celui-ci suggèrent que la combinaison d’intralipides et d’hémodialyse pourrait « représenter un traitement nouveau et viable en cas de surdose de caféine mettant la vie en danger ».

Source : Science alert

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici