Une alimentation riche en fruits et légumes pendant 8 semaines améliore votre santé cardiaque

0
174
santé cardiaque

Une pomme par jour ne vous garantie pas de ne plus mettre les pieds dans le cabinet de votre médecin, mais suivre cette méthode est une bonne stratégie pour votre santé cardiaque globale.

C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans la revue Annals of Internal Medicine.

L’étude d’observation a examiné les données des personnes suivant un régime alimentaire riche en fruits et légumes, ainsi que celles suivant le régime DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension).

Ces données ont été comparées à un régime alimentaire américain typique donné à un groupe différent.

Après 8 semaines, les chercheurs ont déclaré que les personnes suivant le régime de fruits et légumes, ainsi que celles suivant le régime DASH, avaient un risque plus faible de dommages cardiaques par rapport au groupe de contrôle.

Leur recherche coïncide avec une autre petite étude publiée la semaine dernière, qui a conclu que même un seul repas riche en graisses saturées peut entraver la capacité de concentration mentale.

Les chercheurs ont déclaré que les gens devraient manger plus de fruits et de légumes, pour diverses raisons de santé.

Le Dr Stephen P. Juraschek, auteur principal de l’étude publiée aujourd’hui et professeur de médecine à la Harvard Medical School dans le Massachusetts, a déclaré que lui et ses collègues tentent de déterminer quels nutriments sont associés à une meilleure santé cardiaque.

« L’une des questions qui a été fréquemment posée au fil du temps au sujet de DASH est : « Quelle est la solution miracle ou le secret de cette alimentation ? « Le régime végétal et le régime DASH partagent tous deux du potassium, du magnésium et des fibres. Ce sont les trois qui se distinguent le plus ».

Le système de livraison est important

« Il est délicat avec une approche diététique de ne rechercher que les composants. Parfois, il est plus naturel de mettre l’accent sur un schéma parce que c’est comme ça que nous mangeons. Nous ne mangeons pas qu’une seule chose », a déclaré M. Juraschek. « D’un autre côté, il peut y avoir un certain nombre de composants différents qui peuvent contribuer à notre alimentation et que nous ne mesurons pas correctement.

En d’autres termes, il est difficile de ramener la santé cardiovasculaire aux différents composés que l’on peut trouver dans l’alimentation ou dans une boite de complément alimentaire.

« Si vous isolez les vitamines des myrtilles, par exemple, et que vous les mettez dans un comprimé, cela ne sera pas la même chose que d’obtenir exactement la même quantité de vitamine C d’un bol de myrtilles », explique le Dr Elizabeth Klodas, cardiologue et médecin . « Il y a quelque chose dans le véhicule de livraison où votre corps sait exactement quoi faire avec les nutriments ».

Bien que les médicaments soient nécessaires dans certain cas, une bonne nutrition commence par ce qui se trouve dans votre assiette, dit-elle.

« Je pense qu’une partie du processus consiste à l’expliquer correctement », dit-elle. « Qu’il s’agisse de cholestérol ou d’hypertension, beaucoup de gens ne se demandent jamais pourquoi ces choses sont anormales au départ. Si vous creusez, vous découvrez que c’est toujours en partie ou en totalité à cause du régime alimentaire. Si une maladie est causée en partie ou en totalité par son alimentation, il faut la modifier. Mais, la plupart du temps, nous nous contentons d’avaler des pilules ». 

Chaque étape compte

Demander à quelqu’un de changer son régime alimentaire en passant du régime très riche en graisses et en glucides, à un régime basé sur les fruits, les légumes et d’autres aliments complets est une proposition intimidante.

Si vous envisagez de faire ce changement, il sera plus efficace de le considérer comme une série de petits pas plutôt que comme une montagne à gravir.

« La plupart des gens, je pense, ont l’impression qu’il faut faire du yoga et courir des triathlons. Le style de vie devrait avoir un impact, mais il n’est pas nécessaire que ce soit tout ou rien », a déclaré M. Klodas.

Klodas dit qu’elle essaie de montrer comment de petits changements peuvent s’additionner. Par exemple, elle évoque la perspective de boire une canette de soda en une journée, ce qui ne semble pas énorme pour certain mais peut s’additionner rapidement.

« Une canette par jour, ce sont 30 canettes par mois et 365 dans l’année. C’est 30 caisses par an », explique-t-elle. « Essayez de mettre 30 caisses de soda dans votre cuisine. C’est beaucoup de soda. Et si, au lieu de cette canette de soda, vous aviez un verre d’eau à la place ? C’est une première étape. Au lieu d’un biscuit, mangez une pomme, etc… »

Penser la nourriture comme un médicament ou, à l’inverse, penser les aliments malsains comme contre-productifs peut aider à changer son approche de l’alimentation, dit Klodas.

« Les produits pharmaceutiques sont faciles parce que vous prenez une pilule une ou deux fois par jour, puis vous retournez chez le médecin et vous mesurez les résultats », dit-elle. « Pourquoi ne pas prendre l’idée de l’alimentation comme un médicament dans toute sa dimension ? Mangez vos repas, puis allez chez votre médecin et faites contrôler votre cholestérol. Voyez ce qui se passe ».

Lorsque vous commencez à construire un cycle de renforcement positif, il est plus facile de prendre cette salade au déjeuner plutôt qu’un hamburger. Tous ces petits changements, au fil du temps, auront un impact positif sur votre santé.

Source : ACP journals ; Oxford academic ; Healthline

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici